Le cercle des éditeurs : l’annuaire et les chroniques des éditeurs de logiciels B2B

Face à la multiplication des intervenants et la réduction permanente des délais, les projets de construction et d’ingénierie ont tendance à se complexifier. Le point sur les enjeux d’une bonne structuration de la gestion des contrats dans les grands projets d’ingénierie…

Évolution et enjeux des projets de construction et d’ingénierie

Tout comme la plupart des secteurs d’activité, la construction et l’ingénierie sont directement impactés par la transformation numérique et par le contexte économique. Résultat : de plus en plus de concurrence à cause de l’internationalisation, des pressions sur les coûts toujours plus importants, des régulations contraignantes et la nécessité de respecter des délais sans cesse raccourcis. En parallèle, le secteur doit également faire face à la gestion de nombreux intervenants, à des cycles de vie en plusieurs phases et à des partenariats public / privé pas toujours évidents à gérer.

Tous ces changements ont un impact majeur sur la gestion des contrats et des projets et leurs différentes facettes :

  • Impact social : omniprésence des réseaux sociaux, besoin d’instantané, etc.
  • Impact économique : concentration des marchés, entreprise en plein élargissement, internationalisation, etc.
  • Impact technologique : innovation technique accélérée, mobilité, collaboratif, etc.

Les projets sont également de plus en plus complexes, notamment avec le développement de la conception durable.

Face à ces évolutions et ces nouveaux enjeux, les entreprises d’ingénierie et de construction n’ont d’autre choix que de s’adapter. Nombreuses sont d’ailleurs celles à se projeter à l’international pour chercher de nouveaux relais de croissance. Et pour suivre ces mutations à la fois sociales et économiques, leurs méthodes de travail doivent impérativement changer.

Les enjeux contractuels dans les grands projets d’ingénierie

Toutes ces évolutions soulèvent de nouveaux enjeux contractuels pour les grands projets d’ingénierie. Jusqu’ici, les processus manuels étaient largement utilisés dans le secteur. Mais face à l’augmentation des erreurs et la difficulté du partage des informations entre les services, de nouvelles solutions doivent impérativement être mises en œuvre pour ne pas nuire à la collaboration et piloter efficacement les contrats et leurs modifications. Un référentiel central de gestion de contrats devient alors essentiel pour consolider la coordination des projets et leur administration.

En effet, après la signature des contrats, le contrôle des engagements, de la conformité aux règlementations et de l’exécution des tâches doit pouvoir se faire facilement. Dans le cas contraire, la société d’ingénierie peut faire face à de nombreux risques :

  • Manque de traçabilité
  • Report de facturation
  • Retard et manque de qualité lors de la livraison
  • Difficulté à respecter les normes et les règles
  • Etc.

L’importance de normaliser et de structurer la gestion de contrats dans les grands projets d’ingénierie

Face à ces enjeux, il convient de considérer la structure des contrats sous la forme d’arborescences, dont il existe des variantes en fonction des différents projets. C’est ainsi que l’on prend conscience que la gestion de contrats se rapproche énormément de celle du PLM pour la gestion du cycle de vie des projets. Pour normaliser et structurer les facettes contractuelles, il existe différentes solutions, à l’instar de la FIDIC, la Fédération internationale des ingénieurs-conseils. Les contrats FIDIC sont des contrats “modèles” définissant les droits et les obligations liant le maître d’ouvrage, l’entreprise et l’ingénieur. Leur utilisation s’adapte à tous les domaines de l’ingénierie :

  • Le livre Argent est destiné aux contrats clés en main.
  • Le livre Rouge est destiné aux travaux de construction.
  • Le livre or est destiné aux contrats de conception, réalisation et exploitation.
  • Le livre jaune est destiné aux contrats de conception et réalisation.

L’utilisation des contrats FIDIC, notamment recommandée par la Banque Mondiale, est un outil essentiel pour normaliser et structurer la gestion des contrats dans les grands projets d’ingénierie.